Santé Mentale, Enracinée

Onè, Respè

Kay Thellot 
Manbo Asongwe, éthnothérapeute

En cours d’obtenion d’une Maîtrise en Counselling Psychology (intervention et soutien psychologique) de l’université Yorkville du Nouveau-Brunswick au Canada, l’intervention en relation d’aide est un espace privilegié où j'ai l'occasion d'accompagner une personne ou un groupe de personne à améliorer leur qualité de vie au niveau de leur santé mentale.

Avec l'approche décoloniale, afrocentrée et ethnospirituelle que j'offre avec Prensip Minokan, le fait d'offir un accompagnement ethnothérapeutique m'offre plus de latitude pour intégrer les outils psychosociaux et psychothérapeutiques du Vodou et des approches ancestrales, pour conceptualiser le mal-être non comme une pathologie, mais plutôt comme une opportunité d'intégration de soi - d'où l'inspiration du vèvè Minokan qui intègre toutes les énergies de l'univers, tous ayant leur place. L'ancestralité, c'est-à-dire la sagesse que l'on peut découvrir dans les traumas et la résilience générationnelle, ouvre une "nouvelle" perspective sur ce qu'est le bien-être, la guérison et comment se l'approprier tout en navigant des espaces d'oppression qui font écho à l'oppression à laquelle ont fait face nos Zansèt (Ancêtres en Kreyòl Ayisyen).

En honorant et en respectant l'expertise qu'ont développé nos Zansèt à vivre dans des systèmes d'oppression, on se réapproprie l'acte d'auto-déterminer comment on rentre en relation avec soi, nos lignées, autrui, ce que nous vivons et dans les espaces que nous occupons.  

Barnabé Solon Photographe

DSC05856.jpg